La Bnbox !

Créateur de sourires...

Mon compte

S'inscrire

Recherche

Vous êtes ici : Accueil » Cahier de l'élève » Français » Biographie de Guy de Maupassant

Cahier de l'élève



« Article précédent - Sommaire - Article suivant »

Français : Biographie de Guy de Maupassant

Guy de Maupassant est né le 5 août 1850, soit au château de Miromesnil, près de Dieppe, commune de Tourville-sur-Arques, soit à Fécamp chez sa grand-mère maternelle, 98, rue Sous-le-bois, aujourd'hui Quai Guy-de-Maupassant et Avenue Jean-Lorrain - où la présence de sa mère est attestée quelques jours auparavant.

document/cahier/guy1.gif

C'est, en tout cas, à Fécamp, parmi les enfants de pêcheurs, à deux pas de la mer et des grands voiliers qui l'attireront toute sa vie que le jeune Guy passe ses premières années. Une enfance ballottée dans un foyer désuni, entre une mère excessive et névropathe qu'il adore et un père faible qu'il méprise jusqu'à douter de la légitimité de son ascendance.


La scolarité se déroule au Lycée impérial Napoléon à Paris, puis à l'institut ecclésiastique d'Yvetot, où il restera de treize à dix-huit ans. élève "ouvert", "docile", "poli", selon ses maîtres, il supporte difficilement les contraintes du pensionnat solitaire dans lequel il se trouve "enseveli" au milieu de condisciples "presque tous destinés au sacerdoce" (termes de ses lettres d'alors). De cette période sombre datent les premiers essais poétiques, d'inspiration symboliste. Chaque été, il revient passer les vacances chez sa grand-mère, ou dans la "chère maison" des "Verguies", acquise par ses parents en 1860, à Étretat.

Lancée en 1850, la cité balnéaire cauchoise est alors au zénith. A quelques dizaines de mètres les unes des autres, se dressent la villa d'Alphonse Karr, promoteur de la station, celle du fondateur du Figaro et du directeur de la Gazette de Paris, celle du bouillant Offenbach. Et, sur la plage, à même les galets, peignant la Vague ou les caloges, Corot, Courbet, Monet... Guy a sa barque, "bateau pêcheur tout rond en dessous", qui lui permet de lire au calme et d'aller se baigner au large avec son chien Matho. Sportif, excellent nageur, il participe au sauvetage des baigneurs imprudents, pris dans les remous de la porte d'Amont. C'est ainsi qu'il fait la connaissance d'un anglais rescapé, le poète Charles Swinburne, sorte de "maudit" raffiné à la Edgar Poe, à la fois idéaliste et sensuel. Le repas donné en l'honneur du bénévole a de quoi surprendre : rôti de singe ! D'autant qu'au dessert le jeune homme a pu contempler, parmi les bibelots de son hôte étrange, une main d'écorché qui le fascine.


"Deux hommes, par leurs enseignements simples et lumineux m'ont donné cette force de toujours tenter", rappellera le "novelliere" confirmé. Ces deux guides, presque jumelés tant moralement que physiquement, le lycéen passionné de littérature les rencontre dès 1868. Le poète Louis Bouilhet tout d'abord, conservateur de la bibliothèque municipale de Rouen, qui accueille avec faveur les vers laborieux du débutant. Et Flaubert, le Viking de Croisset, ami de longue date de Laure et des Le Poittevin, qui vient régulièrement à Rouen par le coche d'eau et déambule, entre ses deux amis, devant les baraques de la foire Saint-Romain ou dans les rues mal famées des bas quartiers.

Bouilhet meurt subitement en juillet 1869 et malgré son abattement, Guy passe et réussit à Caen son baccalauréat. Inscrit en octobre à la faculté de Droit de Paris, il s'installe rue Moncey, dans le même immeuble que son père, vivant médiocrement de la pension que ce dernier lui alloue. La guerre survient. Le "deuxième soldat", Maupassant, mobilisé en juillet 1870, affecté à Rouen dans les services de l'intendance, participe sous la neige à la campagne de l'Eure. Expérience douloureuse, qui achève de mûrir l'adolescent poète par la désolation de la débâcle, rendue fatale du fait de la préparation insuffisante et du mauvais encadrement. Une part considérable des contes s'y réfère, mêlant viscéralement la haine de l'occupant à l'héroïsme des humbles et des réprouvés : "Boule-de-Suif", "Mademoiselle Fifi", "La Mère Sauvage", "Le Père Milon", "Deux Amis", pour ne citer que les oeuvres les plus fortes.

Démobilisé en novembre 1872, Guy de Maupassant est resté, comme Flaubert, totalement à l'écart de l'insurrection de la Commune qui a marqué la fin de la guerre. Pour se faire une "situation", il devient rond-de-cuir, d'abord au Ministère de la Marine, puis à L'Instruction Publique, chaque fois sur l'intervention de Flaubert. Après bien des hésitations, poussé par un intérêt grandissant qui répond aux demandes de Laure, le "Vieux" accepte d'encourager la vocation littéraire de Guy à deux conditions : qu'il écrive sans discontinuer et qu'il s'abstienne de publier. Ce programme austère convient au jeune homme, qui s'y tiendra pendant une décennie. A l'exception de deux nouvelles fantastiques parues en 1875 sous le pseudonyme de Joseph Prunier : "La Main d'écorché" qu'il n'a pas oubliée et qu'un conte de 1883, "La Main", illustrera encore, et "Le Docteur Héraclius Gloss", très influencé par le romantisme hoffmannien. La faune des ministères, qu'il côtoie pendant près de dix ans, constituera un autre sujet important de la maturité, depuis "les Dimanches d'un bourgeois de Paris", paru en 1880, jusqu'à "l'Assassin" (1887).

Entre les heures grises du bureau, les veilles sous la lampe et les visites à Croisset pour recueillir l'avis du Maître, Maupassant s'est trouvé un dérivatif puissant : le canotage. Chaque week-end, dans sa yole "l'Étretat" qu'il remise à Bezons chez l'aubergiste Poulain, il rame le long des berges fleuries de la Seine, ivre d'air pur, en direction de Chatou, de Bougival, de l'île du Pecq aux guinguettes tressautantes sous le cancan, entre les barques effilées des "camarades", Léon Fontaine et Robert Pinchon, alias La Tôque et Petit Bleu, les comparses attendris de "Mouche" (1890). A l'approche de la belle saison, les heures de détente empiètent largement sur le travail, et Flaubert ne manque pas de rappeler à ses devoirs le "Gars de Bezons" qui se dissipe par trop ardemment aux bords de la Seine. L'eau, "Ma grande, mon absorbante passion", dira l'auteur de "La Femme de Paul" et d'"Yvette", est bien le support d'élection de cette oeuvre de vertige. Eaux salines âprement vivifiantes de la Manche, dans les plus belles plages des romans ; eaux douces, alanguies, riantes en surface, invitant au plaisir, mais au charme captieux. De la lumineuse "Partie de campagne", joliment adaptée au cinéma par Jean Renoir, au glauque hypnotisme de "Sur l'eau", nous suivons cette métamorphose de l'élément et le virage progressif à l'angoisse de la grosse gaieté partagée.

C'est aussi l'époque des rencontres hebdomadaires avec Zola, d'abord à Paris, au café Trapp, où l'auteur de Germinal réunit chaque jeudi un cénacle d'amis écrivains, puis, grâce au succès de l'Assommoir, dans la vaste demeure de Médan, près de la Seine, que Zola apprendra à connaître à bord du chasse-canard, "Nana", choisi et baptisé par Guy.

En 1880, Flaubert donne le feu vert pour l'édition. Paraissent simultanément un volume de vers, accueilli par un succès d'estime, et, dans un recueil collectif de six nouvelles sur le thème de la guerre "Boule-de-suif". Outre Zola et Maupassant, Huysmans, Céard, Hennique et Alexis ont apporté leur concours à ces Soirées de Médan. L'entreprise est d'ailleurs à l'origine d'un contresens tenace sur les rapports de l'oeuvre de Maupassant avec l'esthétique naturaliste. Plusieurs critiques y ont vu, sinon un ralliement définitif, du moins des influences durables. C'est oublier les mises au point ultérieures sur un mouvement jugé "bas de plafond", à cause du déterminisme simpliste dont il se réclame.

Le succès est fulgurant et plusieurs éditions parallèles de Boule-de-suif le renforcent. En quelques semaines Guy de Maupassant est célèbre, la grande presse se l'arrache pour des feuilletons ou des chroniques. Mais l'euphorie est brutalement stoppée le 8 juin 1880, Flaubert est emporté par une attaque d'apoplexie. Après avoir assumé l'essentiel des préparatifs de la cérémonie mortuaire, Maupassant regagne Paris, dans un isolement moral complet. Il partage dès lors son temps entre la littérature, le journalisme et les voyages.

Les ennuis de santé, des troubles oculaires et une sensibilité au froid qui s'amplifiera apparaissent à cette époque et ne cesseront plus, nécessitant des séjours prolongés dans le midi à Antibes et à Cannes, Étretat où "La Guillette" est acquise en 1883, restera le troisième point d'attache.

Grand reporter au quotidien Le Gaulois puis au Gil Blas, Guy de Maupassant fait de 1883 à 1890, en compagnie de son valet de chambre et futur biographe François Tassart, quatre voyages de plusieurs mois en Afrique du Nord sur les traces de Flaubert qui avait soigneusement exploré, pour Salammbô, l'emplacement de l'antique Carthage. Voyages d'études, matière à "bloc-notes" dans des rubriques attitrées mettant en cause l'administration des "colonies", mais aussi entractes nécessaires d'une vie trépidante en métropole où contes et nouvelles sont publiés au jour le jour dans les principaux quotidiens.

Dès 1881, situé à Fécamp, "derrière l'église Saint-Étienne", "La Maison Tellier", une transposition à la Lautrec des "maisons" rouennaises de la rue des Cordeliers ; puis, le succès croissant, le débit s'accélère : cinquante par an entre 1882 et 1884, parmi lesquels Les Contes de la Bécasse, très proches par le sujet et l'esprit des Mémoires d'un Chasseur de Tourgueniev, que Maupassant rencontre alors fréquemment. Certains, comme "L'Histoire d'une Fille de Ferme" ou "Le Père Amable" ont fait l'objet d'une adaptation à la télévision par Claude Santelli, remarquable de fidélité. Après 1884, la production décline, pour tomber à cinq en 1890. Au Maupassant conteur, écrivain du souffle court, tenaillé par ses phantasmes, succède le Maupassant romancier, adversaire du maniérisme, du symbolisme, en bref de toute écriture artiste, soucieux de ne pas faire reconnaître le moi qui ordonne magistralement le récit.

En avril 1883 parait le premier roman, "Une Vie". qui se déroule sur le domaine des "Peuples", planté sur la falaise auprès d'Yport. La plupart des thèmes essentiels de l'oeuvre sont présents dans cet aboutissement de quatre années d'efforts interrompus, repris, stimulés par un Flaubert inquiet des prouesses nautiques : amour du pays natal, dégoût de la maternité mésalliances funestes et surtout la passion de l'eau, qui éclaire les plus belles pages, telle l'excursion vers Étretat dans la barque du père Lastique. La bâtardise également, leitmotiv de l'"orphelin volontaire" cherchant à rétablir par une littérature du Père des liens existentiels manquants. "Du Papa de Simon" au "Champ d'Oliviers", c'est là un tourment vital que la maturité fait obsédant.

Une Vie connaît un succès immédiat. Dès lors, le rythme de parution des romans, bénéficiant d'une raréfaction des contes, tend à devenir annuel. 1885 : "Bel Ami", oeuvre-fétiche, oeuvre-clé, qui rejaillit aussitôt sur son créateur, un journaliste aux dents longues comme Duroy, élégant et sociable comme lui, séducteur et bellâtre à ses heures comme lui, amoureux du terroir et terrorisé par la mort comme lui, mais n'ayant pas, comme lui, besoin d'une Madeleine Forestier pour terminer ses articles ! "Analyse d'une crapule", précise d'ailleurs Bel-Ami écrivain, indiquant par delà les traits de similitude, qu'il s'agit bien d'un négatif de lui-même, et non d'une autobiographie primaire. Aussi efficacement que dans l'Argent d'Emile Zola, le monde grouillant de la finance, celle du krach de l'Union Générale et de la dette tunisienne, habilement transposé sert de toile de fond et, à l'occasion, de tremplin personnel à l'aventurier.

Un revirement complet : sujet, personnages et jusqu'au mode de parution, marque les deux derniers romans publiés, Fort comme la mort (1888) et Notre coeur(1890). Des artistes en mal de création, le peintre Bertin, le musicien Massival sont les protagonistes de ces oeuvres de bon ton, saluées unanimement par la critique, reçues pour la première fois par un public mondain longtemps réticent et bénéficiant d'un lancement spécial à la très sectaire Revue des Deux Mondes.

La maladie, une syphilis évoluant en paralysie générale, assombrit les dernières années, endeuillées par la folie d'Hervé, le frère cadet qui meurt en novembre 1889. Les mois suivants, les phénomènes morbides s'aggravent et le 6 janvier 1892, après une tentative de suicide, c'est l'internement à Passy, dans la clinique du docteur Blanche, sur les lieux mêmes où fut soigné Gérard de Nerval. Dix-huit mois de souffrance, entrecoupés de brusques exaltations pendant lesquelles il affirmait communiquer avec l'au-delà.

Guy de Maupassant meurt le 6 juillet 1893, en laissant deux romans inachevés "l'Angélus" et "L'Ame étrangère". Selon ses dernières volontés, il aurait du être enterré sans cercueil, à même la terre au cimetière Montparnasse, mais, la procédure réglementée de l'inhumation s'y opposa.

Si l'on met à part les trois romans qui ont le mieux résisté au temps : Une Vie, Bel-Ami et Pierre et Jean, ce sont surtout les contes et les nouvelles qui ont assuré la postérité littéraire de Guy de Maupassant.

Galerie d'images

document/cahier/guy1.gif
document/cahier/guy2.jpg




         
                           

Ailleurs sur la Bnbox

Ailleurs sur la Toile

Mini-tchat

?

Maricela déclare : What is size of wholesale jerseys may have? Know more about here - <a href="http://aeml.ca">wholesale mlb jerseys</a> Aujourd'hui, 2h43 via Cours XHTML/CSS

sasa chuchote : A très bien.. #grosvent Hier, 20h11 via Résumé du livre : Le Cid de...

sasa murmure : CC Hier, 20h07 via Résumé du livre : Le Cid de...

tutota écrit : Je veux plus petit que sa ... Le 20 février, 22h54 via Résumé : L'Avare

clem murmure : Cc Le 20 février, 16h10 via Résumé - Les Fourberies De ...

clara s'exclame : Lol Le 19 février, 19h08 via Résumé - Le Médecin Malgrè ...

26 écrit : Trop facile Le 18 février, 13h49 via Accueil

26 bafouille : 7 Le 18 février, 13h48 via Accueil

moi bafouille : Coucou Le 16 février, 17h13 via Résumé scène par scène - Le...

lol lol déclame : Psssssssssssssssssssss Le 16 février, 13h34 via Résumé : Le Mariage de Figa...

dhg654 bafouille : *larmes*
C'est trop romantique pour moi
Le 16 février, 12h41 via Boîte à Nuts

dhg654 proclame : C'est si beau...
Si seulement je pouvais moi aussi dire cela à quelqu'un...
Le 16 février, 12h40 via Boîte à Nuts

Hey scribouille : Oui!
C'est le plus beau jour de ma vie!
Le 16 février, 12h39 via Boîte à Nuts

Un amoureux un peu timide tergiverse : +Hey
Veux tu m'épouser?
Le 16 février, 12h38 via Boîte à Nuts

Hey tergiverse : Oh my god I think I love you!
Je t'aime, Un amoureux un peu timide!
Le 16 février, 12h38 via Boîte à Nuts

Un amoureux un peu timide murmure : I love you !!!! Le 16 février, 12h33

d écrit : D Le 16 février, 12h24 via Résumé scène par scène - Le...

d bafouille : D Le 16 février, 12h24 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze proclame : Ca va les bns Le 16 février, 12h22 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze tergiverse : Je rigole Le 16 février, 12h22 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze griffonne : Nan Le 16 février, 12h22 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze murmure : Ultra super mega hyper tres vraiment trop beaucoup pas bon Le 16 février, 12h22 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze chuchote : Trop pourri Le 16 février, 12h21 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze gribouille : Vraiment degeulasse Le 16 février, 12h21 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze dit : Super mauvais Le 16 février, 12h21 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze proclame : Horrible Le 16 février, 12h21 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze écrit : Beurk pas bon Le 16 février, 12h21 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze dit : En fait je trouve ca degoutant Le 16 février, 12h21 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze griffonne : Totalement hyper super absolument vraiment beaucoup tres ultra mega tellement trop BON!!!!!!!!!!!!!!!!! Le 16 février, 12h20 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze proclame : Trop bon. Le 16 février, 12h18 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze s'exclame : Exquis! Le 16 février, 12h18 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze déclare : C'est un regal Le 16 février, 12h18 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze chuchote : Delicieux Le 16 février, 12h17 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze s'exclame : Miam
;P
Le 16 février, 12h17 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze tergiverse : J'aime les BNs Le 16 février, 12h17 via Résumé scène par scène - Le...

Fiery Blaze bafouille : Hey Le 16 février, 12h15 via Résumé scène par scène - Le...

reztyuio déclame : Bonjour Le 15 février, 11h37 via Résumé : Le Tartuffe de Mol...

said murmure : Mort au vache Le 12 février, 13h05 via Résumé : On ne badine pas a...

said chuchote : Skrt Le 12 février, 13h04 via Résumé : On ne badine pas a...

3+1+1+1+1=7 s'exclame : 1+1+1+1+1+1+1=7 Le 12 février, 12h48 via Résumé - Le Médecin Malgrè ...

77 déclame : 77 Le 12 février, 11h42 via Résumé : L'Avare

soso murmure : Tu fais quoi ? Le 10 février, 10h38 via Résumé : L'Avare

lila déclare : Hello ! sa va ? Le 10 février, 10h37 via Résumé : L'Avare

soso murmure : Hello ! Le 10 février, 10h37 via Résumé : L'Avare

lila gribouille : C hyper pratique Le 10 février, 10h37 via Résumé : L'Avare

sofia ttc déclame : Adore se site je le recommende Le 08 février, 17h22 via Résumé - Le Médecin Malgrè ...

Mohamed rah s'exclame : Shnou ka dirou Le 08 février, 16h41 via Romain Gary : La Promesse d...

Azerty tergiverse : As zeerttyu Le 08 février, 16h39 via Romain Gary : La Promesse d...

hy griffonne : Je trouve les résumés beaucoup trop courts mais merci beaucoup quand même ? Le 07 février, 19h02 via Résumé : Andromaque

hy bafouille : Bonjour?? Le 07 février, 19h00 via Résumé : Andromaque

Publicité



©Bnbox (Infos) - Cahier de l'élèves - Atelier webmaster - Boîte à Nuts - Bar à Nougat - Plus ou moins valide XHTML 1.0, CSS 2, RSS 2.0
Flux RSS